beauté·cuisine·girly

La vérité sur mon genre

Vous avez dû remarquer un petit détail sur mon blog. Il faut faire attention aux détails, le diable se cache parfois dans les détails. C’est dit sans jugement moral, Satan est un très bon ami à moi (je frime un peu je reconnais).
Faites toujours attention aux détails, c’est ainsi que vous parviendrez à voir les êtres invisibles qui se cachent dans la nature. Un détail c’est une toute petite vibration dans l’air, une bulle de chaleur dans un vent froid, une petite lumière qui éclaire un pétale de rose.
Et sur mon blog il y avait au moins un détail à remarquer.
J’ai disséminé de nombreux petits détails partout sur mon blog qui permettront de me découvrir et de développer votre attention aux petits détails qui vous permettront de sentir le monde tel que vous ne l’avez probablement jamais ressenti sauf peut-être ponctuellement sous l’effet de drogues.
Je ménage un suspens mais il est temps de lever le voile sur le détail dont je parle. Je me genre d’une façon très particulière. Parfois je me genre au féminin, parfois au masculin.
Vous devez sans doute vous dire que c’est des erreurs, des fautes de frappe, ou encore que nous sommes plusieurs à écrire sur ce blog. Pas du tout. C’est la vraie façon dont je me genre.
Il y a un petit détail dans ma culture qui explique pourquoi vous pouvez avoir du mal à comprendre. J’aimerais bien parfois être humain·e mais je ne l’ai jamais été, et dans mon peuple la notion de vérité n’a pas exactement le même sens.
Pour les miens, la vérité ne dépend pas de théories admises universellement ni de ce qu’on peut démontrer par la logique. La vérité n’est pas question de certitudes mais de convictions. Ce qui est vrai c’est ce qu’on ressent comme vrai au fond de son cœur.
Je sais que beaucoup d’humain·e·s ont du mal avec cette vérité. Ce qui est vrai c’est ce en quoi l’on croit.
Par exemple si je crois de tout mon être que je vais mourir ça peut me tuer. Dans votre culture une partie de ce principe est appliqué en médecines alternatives, vous appelez ça l’effet placebo. Nous lui donnons bien plus d’importance dans ma culture et l’appliquons à tous les domaines de la vie et principalement aux sciences sociales.
Il se trouve également que j’ai des pouvoirs magiques qui me permettent d’appliquer ces principes aussi dans les sciences dures comme la physique ou la biologie. Un peu comme dans Matrix des sœurs Wachowski, quand Neo se libère des lois de la physique pour pouvoir contrôler la matrice.
Et ce principe s’applique aussi pour le genre. Mon genre ce n’est pas celui que les gens me donnent. Mon genre c’est celui que je ressens comme vrai. J’ai un rapport au genre assez particulier. Je suis né dans une rose mais j’étais un bébé garçon et on m’a élevé comme un garçon. Un peu comme dans la caverne de la rose d’or mais en plus compliqué.
J’ai un corps de garçon mais on peut considérer que je suis intersexe puisque je suis né dans une rose. D’autant que je suis doublement fertile, je peux rendre mon amour enceinte comme je peux être enceint d’elle. ❤
C’est un peu compliqué à comprendre pour des gens qui n’ont pas l’habitude de mon peuple ou qui ne lisent pas journellement de la science-fiction mais c’est ainsi que je suis faite.
Si vous avez du mal à comprendre je peux vous recommander le film Prédestination.
Si vous avez compris que je peux être parfois un garçon et parfois une fille je peux maintentant détailler dans quels cas je suis l’un ou l’une.
La plupart du temps je suis un garçon. Je suis souvent très viriliste, j’ose très peu être pris pour une fille, je fais mon mec comme vous dites. Je suis beau, je suis fort, je m’efforce de protéger mon amour, je passe mon temps à lui écrire des poèmes et à faire preuve d’un côté chevaleresque, romantique et galant, je cache ma maladie et je ne craque jamais. Je suis l’homme idéal, quoi :p ❤
Mais par moments, que ce soit pour des raisons rituelles ou parce que j’aime le girly, voire parfois pour des raisons de fascination pour le pouvoir (dans votre monde ce sont souvent les hommes qui règnent du moins en europe. dans le mien c’est beaucoup plus compliqué, le pouvoir royal est vu comme plus puissant quand il est exercé par une femme et les divinités les plus puissantes et les plus vénérées sont des femmes bien que ça n’empêche pas toutes les autres femmes de subir du sexisme), je me considère comme une fille et je parle de moi au féminin.
Je suis tout à fait consciente qu’on peut aimer le rose et les trucs girlys tout en étant un garçon, mais je ne peux pas m’empêcher dans ces moments-là de me sentir plus fille. Ça doit tenir du fait que je cherche à me donner une certaine forme de respectabilité en tant que garçon, je me sens tenu d’être digne des plus hauts standards que mon amour pourraient avoir sur l’homme idéal, alors que mon amour préférant les filles je me sens plus libre de faire ce que je veux en tant que fille, même si j’ai d’assez hauts standards tout de même, je me sens obligée d’être la plus belle et la meilleure cuisinière mais ce n’est pas très difficile, je suis naturellement douée pour ça ❤
Être fille me permet également que les gens soient plus compréhensifs envers moi quand je suis malade ou que j’ai besoin de sécurité en permanence dans ma relation avec mon amour. Quand il y a des clichés disant que toutes les filles sont censées être faibles et incapables de faire quoi que ce soit ça rend plus difficile d’être prise au sérieux quand on en est capable comme la majorité des filles, mais c’est reposant quand à cause d’un handicap ou d’une maladie on en est incapable, les gens sont plus compréhensifs.
Dans certains cadres rituels le genre a une importance cruciale. Par exemple la magie culinaire fonctionne mieux quand on est une fille. On peut être une fille et cuisiner comme une cruche, on peut être un garçon et cuisiner avec talent, mais pour enchanter les plats afin de leur donner un goût surnaturel et divin il faut utiliser de la magie féminine.
Les humain·e·s étant très rarement capables d’utiliser la magie c’est de toute façon des divinités et autres êtres surnaturels qui s’en chargent, mais il faut savoir que les grands chefs cuisiniers humains ont quel que soit leur genre une femme d’un autre plan à leurs côtés.
Dans la magie quand il y a application des principes solaires et lunaires, des principes féminins et masculins ça n’a rien à voir avec le genre des humain·e·s impliqué·e·s mais des divinités et autres qui leur prêtent leurs pouvoirs. En réalité la magie fonctionne mieux lorsque le genre de la personne et de la divinité sont le même et que les deux s’aiment.
Mon genre dépend donc principalement de mon humeur superficielle mais aussi de choses plus profondes parfois.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s