beauté·chocolat·cuisine·girly·maquillage·mode

Comment mieux se connaître et affiner ses goûts esthétiques ?

Vous êtes nombreuses (et nombreux) à penser que pour savoir ce qu’on aime d’un point de vue esthétique, par exemple niveau vêtements, bijoux, coiffure, accessoires, déco ou maquillage, ou ce qu’on aime plus largement, par exemple en terme de cuisine, de personnes qui nous font craquer ou de ce qu’on trouve chou, badass, séduisant, il suffit d’y réfléchir un peu ou d’avoir du choix.

Pas du tout. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, et ça ne vient pas tout seul, le goût se travaille (et je ne dis pas ça au sens bourgeois de «le bon goût se travaille»).

Un bon moyen de savoir ce qu’on aime c’est d’essayer de repérer dans les films qu’on regarde, les jeux vidéos auxquels on joue, ses propres poèmes quand on en écrit, les personnages qui nous plaisent esthétiquement et d’essayer d’analyser pourquoi.

Pour trouver son style de vêtements, surtout s’il est un peu particulier il ne suffit pas de faire les boutiques et d’acheter tout ce qui nous plaît.

Moi j’ai affiné mes goûts en jouant à des jeux vidéos de stylisme (et en dessinant des vêtements) et en observant les points communs entre les tenues que je créais, mais aussi en regardant pleins de personnages de films et de jeux vidéos que je trouvais stylés (et aussi des vraies personnes de mon entourage genre mon lutin ❤ et plus largement ma famille) et en essayant de me poser la question à chaque fois de ce que je trouvais stylé dans leurs vêtements.

Pour mon style de bijoux ça a été beaucoup plus simple puisque ma famille a toujours porté beaucoup de bijoux et il y en a donc eu pleins chez moi, j’ai pu faire des essais devant le miroir pendant des heures et des heures.

Pour mon style de coiffure j’ai dû apprendre dans des magasines à me coiffer et m’entraîner pendant des années sur moi-même et sur des poupées avant de parvenir à un résultat comme les coiffures élaborées que je porte.

Pour les accessoires j’ai passé une grande partie de mon enfance à me déguiser de toutes les manières possibles, empruntant des foulards à mes parents et les mettant de toutes les manières possibles en regardant aussi dans des magasines et en demandant à mes parents de m’aider.

Pour la déco je n’écris pas beaucoup d’articles sur le sujet parce que je ne suis pas encore pleinement sûr de mes goûts. Je n’ai pas connu beaucoup de styles de déco que je trouve vraiment beaux, surtout depuis que je passe autant de temps parmi les humains qui ont un style vraiment moins recherché que mon peuple.

Pour le maquillage je suis assez peu original. Je me base essentiellement sur le maquillage traditionnel dans ma famille, c’est à dire le maquillage à l’égyptienne (même pour les hommes) et j’essaye souvent de reproduire la peinture rituelle traditionnelle mais j’ai beaucoup de difficultés.

Je sais que pour le maquillage il est assez courant aussi surtout quand on est un garçon Blanc, de ne pas savoir que le maquillage ça peut être joli sur soi.

Je pense que c’est une preuve d’ouverture d’esprit que d’essayer au moins une fois dans sa vie de laisser une amie vous maquiller, pour voir ce que ça donne. J’ai trouvé pleins de témoignages sur internet de filles qui ont essayé de maquiller leurs amis garçons et qui disent que ceux-ci étaient éblouis par leur beauté avec une touche de khôl ou de mascara.

Évidemment moi je n’ai pas eu ce problème parce que dans ma famille tout le monde se maquille quel que soit son genre (d’ailleurs c’est mon père qui m’a appris à me maquiller en disant qu’un homme de mon rang se devait de présenter bien).

Plus largement pour ce qui est des vêtements, bijoux, accessoires, maquillage, coiffure si votre famille ne peut pas vous aider à trouver votre style, internet peut beaucoup vous aider. Dans mon enfance je n’ai pas connu internet et j’ai trouvé mon style très jeune, mais faire des recherches ciblées peuvent vous aider.

Par exemple pour savoir quelles formes de robes j’aimais (col, forme des manches, bas de la robe) ou plutôt connaître les noms des spécificités importantes pour moi dans une robe j’ai cherché sur des sites de shopping des listes de robes jusqu’à trouver des robes qui me plaisaient et regarder leurs noms.

C’est comme ça que j’ai appris des mots comme «bustier», «cache-cœur», «col bateau», «robe cintrée» ou encore «robe évasée en bas» (enfin retrouvés parce que je connaissais déjà ces mots grâce aux magasines de mode que je lisais enfant, je les avais juste oubliés).

Sur internet on peut aussi trouver des boutiques spécialisées comme des boutiques gothiques ou lolita et des boutiques de partout dans le monde (si vous taper «bijoux nigéria» dans votre moteur de recherche vous trouverez majoritairement des bijoux issus de boutiques nigérianes en ligne même si sur le mien on trouve aussi beaucoup de bijoux éthiopiens je ne sais pas trop pourquoi).

Si vous cherchez des styles de vêtements par exemple qui viennent de régions du monde dont votre famille n’est pas du tout originaire attention à l’appropriation culturelle et à l’exotisation 😉 Utilisez des termes de recherche précis comme «bijoux nigéria» (voire «bijoux igbo/edo/yoruba» etc c’est mieux mais je voulais juste me faire une idée de ce qu’on trouvait sous ce mot-clé) plutôt que «bijoux afrique» ou encore pire «bijoux ethniques».

Et si vous aimez par exemple les bijoux igbo ne dites pas à votre entourage que vous aimez les bijoux «africains» ou «ethniques», votre entourage ne pourrait pas retrouver ce que vous aimez et se ferait une idée fausse de votre style.

Quelles que soient vos origines vous avez parfaitement le droit d’aimer ce que vous voulez, pensez juste à vous renseigner un peu sur les styles qui vous intéressent, afin de ne pas tout mélanger. Par exemple si vous aimez les torques celtiques (ou spécifiquement écossais par exemple, voire de telle tribu précise) vous n’aimez pas les «colliers européens». Ben là c’est pareil.

Souvent notre style dépasse le simple style esthétique. On peut aussi avoir un style culinaire, un style de personnes qui nous font craquer, un style de vie même.

Par exemple je trouve le kir breton cidre et sirop de violette stylé. Indépendamment du goût que j’adore j’apprécie son esthétique mais surtout je trouve qu’en soi le fait de mélanger le cidre qui est un alcool qui fait un peu paysan «bien de chez nous» (je suis né en Bretagne) et le sirop de violette qui fait met de luxe réservé à mon peuple a en soi une esthétique.

Pareillement le café au chocolat avec ou sans thé matcha et avec ou sans citron avec ou sans crème a un côté stylé. J’ai déjà testé plusieurs variantes.

La plus simple si vous avez une cafetière où on peut mettre du café en poudre est de mélanger une demi-dose de café en poudre avec une demi-dose de cacao pur en poudre (voire une pincée de thé matcha et une goutte d’huile essentielle de citron en plus).

Il y a aussi la variante de tremper et laisser fondre le chocolat (encore mieux si c’est du chocolat au matcha peu sucré) dans le café (il est possible d’ajouter sur le bord de la tasse une rondelle de citron).

La troisième version c’est de faire du chocolat chaud et d’ajouter en même temps le cacao sucré et une pincée de café en poudre (encore meilleur si on ajoute aussi de la crème entière et par dessus des spéculos écrasés mélangés à une pincée de matcha en poudre, ou si à la place on ajoute quelques gouttes de jus de citron et qu’on met une rondelle de citron sur la tasse).

Un troisième exemple ? Je trouve le sirop de coquelicot (encore plus dans un smoothie aux fraises de Plougastell ou en accompagnement d’une tarte aux fraises de Plougastell) extrêmement stylé en soi.

D’ailleurs on peut trouver stylé une cuisine qu’on n’aura jamais le privilège de goûter ou qu’on a goûté une ou deux fois dans sa vie en étant invité par des gens riches ou en économisant pour faire une folie (genre le salon de thé Ladurée, oui j’ai des goûts de luxe 😉 ).

Mais on peut aussi trouver stylée une cuisine beaucoup plus simple ou moins coûteuse. Par exemple je trouve la confiture fraise-rhubarbe stylée alors que j’ai passé une partie de mon enfance dans un petit village d’Auvergne (quand j’allais chez mon premier amour) où il y avait des fraises et de la rhubarbe dans le jardin et où je mangeais parfois de la confiture fraise-rhubarbe du jardin qui avait coûté exactement le prix de l’eau du robinet/de pluie et du temps nécessaire à arroser les plantes c’est à dire quasiment gratuit.

Quand j’ai appris l’histoire de l’arrivée de la pomme de terre en europe (évidemment je ne savais pas encore ce que c’était que la colonisation à l’époque) j’ai trouvé cet aliment hyper stylé, à la fois pour le fait que personne n’en voulait et que les gens les donnaient aux cochons et qu’il a fallu mettre des gardes autour des champs de pommes de terre pour que les gens veuillent en manger, pour son côté hyper nutritif et aussi pour son côté toxique si on ne sait pas la préparer.

Pour connaître son style culinaire c’est plus difficile qu’un style vestimentaire parce que ça peut être pondéré par le goût et l’aspect des aliments, en plus du style pur. Le meilleur conseil que je donne c’est de jouer au jeu portrait chinois «si j’étais un aliment je serais» et de détailler «si j’étais un fruit/légume/dessert/plat principal/entrée/viande/poisson/gâteau/glace/etc je serais». Internet peut aussi aider.

Pour le style de personnes sur lesquelles on craque (ou qu’on trouve juste stylés genre dont on est fan indépendamment de notre orientation) c’est facile de s’imaginer que c’est juste physique mais même pour les gens qui sont très axés sur l’apparence physique comme moi il y a d’autres choses qui jouent.

Esthétiquement le style vestimentaire/maquillage/coiffure/bijoux/accessoires peut jouer beaucoup plus que les couleurs du corps (peau, cheveux, yeux) et la forme du corps (forme du visage, musculature, taille des pectoraux/seins, cul, sexe).

Ensuite l’histoire de la personne et des traits de sa personnalité qu’ils soient les mêmes en public et en privé ou non, qu’ils soient sujets à interprétation ou non, vont beaucoup jouer aussi.

Même pour une chanteuse ou un chanteur célèbre la voix et l’apparence esthétique ne feront pas tout. Le contenu des paroles, son historique amoureux, ses histoires éventuelles de drogue/prison ou autre, son enfance (Mickaël Jackson par exemple), mais aussi sa personnalité, sa manière de réagir à tel ou tel évènement, ses éventuels tics quand iel chante, sa mort si la personne n’est plus de ce monde, etc auront aussi beaucoup d’importance.

Pour connaître son style dans ce domaine le meilleur conseil que j’aurais c’est comme pour les vêtements, regarder pleins de personnes qu’on kiffe et réfléchir à ce qui nous plaît chez ces personnes, ou si c’est difficile aux points communs entre ces personnes.

Il y a encore pleins d’autres styles qu’on peut avoir, pleins de choses qu’on peut trouver stylées et je pense que trouver son style est un moyen de bien se connaître. C’est courant de penser qu’on n’aime pas les vêtements ou la cuisine parce que ce qu’on trouve ne correspond pas du tout à son style, et quand on le découvre on devient brusquement accro au shopping ou à la cuisine.

Voici donc la clé pour se trouver soi-même : tu es ce que tu voudrais être. 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s